L’Odyssée

L’Odyssée

Création saison 2020/2021

Texte de Marion Aubert
Illustrations de Leslie Auguste
Publié dans la collection Heyoka Jeunesse aux éditions Actes Sud-Papiers
Mise en scène Marion Guerrero
Lumières Olivier Modol
Avec Julien Bodet, Capucine Ducastelle et Gaëtan et un choeur d’enfants de 9 à 11 ans
Spectacle à partir de 9 ans

Production : Cie Tire pas la Nappe, compagnie conventionnée par le Ministère de la culture t de la Communication DRAC Occitanie
Co-production : Théâtre Joliette Marseille, Théâtre des Îlets CDN de Montluçon

Calendrier de création
Résidence du 4 au 9 novembre 2019 à l’ENSAD de Montpellier
Résidence du 24 au 29 février 2020 au Théâtre des Îlets CDN de Montluçon
Résidence du 4 au 9 mai 2020 au Théâtre Joliette à Marseille

Résumé

Télémaque attend le retour de son père Ulysse, parti pour un long voyage. La déesse Athéna veille sur l’enfant esseulé et lui laisse voir,  comme à travers un rêve, les aventures de son père jusqu’à son retour auprès de Pénélope.
Télémaque, seul sur la grève, se pose des questions :
« C’est quoi grandir sans figure paternelle ? Pourquoi son père est-il parti ? Et ce père ? Qui est-il ? À qui s’identifier ? Comment grandir ? » Sur la plage, une bande d’enfants. Les enfants orphelins, peut-être eux  aussi les enfants des marins partis, Mentor, le chef de la bande, et Athéna, une toute jeune déesse. Ensemble, ils consolent Télémaque, lui jouent, et chantent, et inventent les exploits, mais aussi les échecs de leurs pères.
Et ensemble, aidés par la fiction, ils apprennent à grandir.

Note de mise en scène

À l’origine, le texte est une commande pour un livret d’opéra. Le spectacle mis en scène avec les moyens d’un opéra donne une version  épique de la pièce.
Après cette création, nous avons eu envie, Marion et moi, de proposer un aspect plus intime de l’histoire.
Le texte ne raconte pas l’épopée d’Ulysse, mais le récit qu’en font les enfants à Télémaque. La langue de Marion Aubert, toujours très colorée et rythmée, porte déjà en elle-même toutes les images. Voilà pourquoi cette idée nous est apparue : revenir à la base du conte, de l’histoire sous l’arbre à palabres, de la veillée autour du feu de camp. Revenir à un théâtre plus rudimentaire et archaïque. Et quoi de plus naturel quand on prend pour support une légende…
Je voudrais travailler sur une version dépouillée et « participative », mais tout aussi musicale, de la pièce. Une sorte de récit-concert rock.
Je mettrais en scène une forme aux sonorités électriques et pour ce faire, je travaillerai avec un acteur musicien, Gaëtan Guérin (guitare électrique, basse, samples) qui jouera le rôle d’Ulysse (et du Cyclope).
Ces instruments permettent de nombreuses possibilités d’évocation.
Par exemple nous créerons une ambiance étrange et mélancolique, à base de nappes lancinantes, évoquant l’état intérieur de Télémaque. Des empilements de samples pourront dessiner une atmosphère oppressante et les cris de la guitare électrique soutiendront la violence de la crise du fils à son père.
Puis, le son cristallin d’une petite ritournelle aigüe à la guitare convoquera l’apaisement, le calme après la tempête. La musique soutiendra le souffle du texte et la rythmique qu’elle peut instaurer emportera le récit.
Gaëtan sera accompagné de deux comédien.ne.s : Capucine Ducastelle qui jouera les rôles de Pénélope, Athéna et Circé et Julien Bodet dans le rôle de Télémaque.
L’autre idée est l’aspect participatif.
Nous voulons associer un choeur d’enfants, constitué au sein d’un établissement scolaire de la ville où nous serons accueillies. Ces classes pourront aller du CM1 à la 6ème.
Lors de la création, nous mettrons en place un protocole, qui nous permettra de travailler avec les enfants de manière à la fois pédagogique et suffisamment efficace pour pouvoir, en quelques
heures, les intégrer au spectacle.

Menu