Rendez-vous, de l'infra-ordinaire à l'extraordinaire. Go go go B.M.O

Marion Aubert

Disponible pour ce spectacle :

Création : du 13 au 14 mai 2014 Festival Les Humanités

Production : Cie Tire pas la Nappe, Le Quartz Scène nationale de Brest, aide à lacréation de la Région Languedoc-Roussillon

Mise en scène : Marion Guerrero

Lumières : Ronan Cyrvan

Son : Yves Ruellot

Administratrice de production : Sylvine Dupré

Photos : Jean-Louis Fernandez

Attachées de presse : Agence Plan Bey

Avec Marion Aubert, Emilie Blaser, Capucine Ducastelle, Marion Guerrero, Johanna Nizard et la participation de 9 brestois :
Solène Arzur, Mickaël Cochennec, Martina Filipova, Roland Lemest, Rachel Malot, Marie Mesmeur, Jean-Marie Philippe, Dominique Pierrin et Jean-Baptiste Pressac

Marion Aubert a reçu de la part du Quartz une bien étrange missive lui enjoignant, à la manière de Georges Perec dans Tentative d’épuisement d’un lieu parisien, d’observer la vie brestoise et d’en faire le récit le plus circonstancié possible. Six rendez-vous sont donnés auprès de personnalités hautes en couleurs de la ville. Piquée au jeu, poussée par un vent aventureux, Marion Aubert accepte.

Dès lors, le moindre petit bout de trottoir devient propice à toutes les affabulations… Et ce que Perec qualifiait d’" infra-ordinaire" : "le banal, le quotidien, l’évident", glisse inéluctablement vers l’extraordinaire. Notre jeune et talentueuse auteure s’acquitte de sa mission par l’écriture de savoureuses chroniques peu "circonstanciées", mais franchement fantaisistes et désopilantes.

Ce rendez-vous à Brest est l’une des étapes d’un long voyage (la compagnie traversera sept villes et trois pays). Au terme de cette résidence, Marion Aubert et ses comparses Capucine Ducastelle et Marion Guerrero ont construit ensemble la matière de cette « tentative de détournement d’un quartier brestois ». Elles sont rejointes par la comédienne Johanna Nizard, souvent venue au Quartz. Le projet intègre l’idée d’associer des comédiens amateurs dans la finalisation d’une expérience qu’elles espèrent riche, généreuse et réjouissante.

Premier rendez-vous

Chères amies,
 
Quel bonheur de vous accueillir à Brest. Soyez les bienvenues.
Sachez qu’à Brest, « les crimes sont aussi rares qu’ailleurs, mais par le fait du brouillard, de la pluie, du ciel épais et bas, de la grisaille du granit, du souvenir des galériens, de la présence à deux pas de la ville de la prison du Bougen, par le fait de l’ancien bagne, du fil invisible mais solide qui relie les anciens marins, amiraux, matelots et pêcheurs aux régions tropicales, l’atmosphère y est telle, lourde et cependant radieuse, qu’elle nous parait non seulement favorable mais encore essentielle à l’éclosion d’un meurtre »…

 
Marion A. Genet ! Querelle de Brest ! Comme je suis contente ! Et comme ce message sent déjà le crime ! Nous sommes arrivées ce soir à Brest et déjà, je frissonne. Je suis seule, isolée dans une tour du manoir de Keroual. Les filles sont à l’autre bout du château. En plus, j’ai complètement oublié de fermer la porte d’en bas ! Lentement, je me déshabille face à la fenêtre de ma chambre. Peut-être un joggeur va-t-il m’apercevoir ?!

Votre Premier Rendez-Vous :
Vendredi 25 avril à 11h au Jardin des Explorateurs (1, rue de la Pointe. C’est à Recouvrance, rive droite) avec le ténébreux Louis Brigand. 
 
Bonne chance. Amitiés, Matthieu


Marion A. Louis Brigand ?! Comme tu me gâtes, Matthieu ! Quel nom effrayant ! Est-ce une personne réelle ? Vivante ? Un pirate ? Avec un nom pareil, c’est sans aucun doute un personnage de roman.