Eboulis intérieurs et autres désastres

de Marion Aubert

Disponible pour ce spectacle :

Création : du 17 au 20 novembre 2010 Micro-Climats 0.0 Glob Théâtre / Festival Novart à Bordeaux

Production : Cie Tire pas la Nappe

Mise en scène : Marion Guerrero

Scénographie : Marion Guerrero

Avec : Marion Aubert, Capucine Ducastelle et Gaëtan Guérin

Photos : Pierre Planchenault

Remerciements à l'Ecole Supérieure d'Art Dramatique de Montpellier et François Baritaud. Texte écrit en résidence au PAF (Performing Arts Forum) à Saint-Erme en juillet 2010

Personnages. Sabine, l'héroïne. En plus d'être une ancienne courtisane, Sabine est enceinte. Grégoire, le mari de Sabine. Grégoire est dans un état de délabrement avancé. Geneviève, la messagère venue de la ville en flammes. Jean-Jacques, l'invité perdu au-milieu des spectateurs. Les spectateurs (29 au maximum). Marion, la femme pratique. Elle met en scène, lit le titre, les didascalies, anime la soirée. Elle se trouve un coin comme elle peut coincée derrière la table de régie et les platines.

Lieu. Un algeco en très mauvais état équipé d'un placard, d'une kitchenette, de toilettes minuscules et d'une boule à facettes. Un espace buanderie, un espace évier, un espace enfants, un espace cuisine délabrés. Grilles aux fenêtres. Flaques. Verrous. Plus loin, la ville en flammes.

Accessoires. Du faux champagne, des assiettes en carton, des corbeilles de fruits et légumes en plastique (navets, rutabagas, grenades, fruits de la passion), des fleurs en plastique (pétunias, géraniums), des toiles peintes et des rideaux, un poster de L'Origine du monde, un tambourin, un amant dans le placard, un enfant dans le congélateur.

Costumes. Sabine a un costume de prisonnier + un boulet. Jean-Jacques est habillé en bordelais. Grégoire a une tâche de sang sur le coeur. Geneviève est pleine de boue.
La femme pratique porte un casque de technicienne et un habit de chantier.

Musique. Un slow. Une nappe d'ambiance. Rumeurs de la ville. Bruits de clés et de travaux.

Microclimat. Il fait tantôt très chaud. Tantôt très froid. Il y a visiblement dans l'air quelque chose de déréglé. Quelque chose qui tantôt amollit. Tantôt énerve.

« J’ai aussi un enfant dans le congélateur et mon amant dans le placard. Voyez, c’est petit. Mais je peux mettre tout le monde ici. »

Un matin, le long du trottoir, un panneau de permis de construire.
Plus tard, sur le bord du terrain, une cabane de chantier.
 Un refuge contre le soleil ? Le vent ? Le froid ? La pluie ?
Un abri contre la solitude, une signature qui marque la fin d’une page, annonce des histoires englouties, une charnière ouvrant sur une nouvelle vie, une alcôve pour faire renaître un chez soi et se réchauffer, enfin ?
Hommes et villes toujours en chantier, toujours surpris au bord du déséquilibre.
Ces petits et grands bouleversements de nos intimités, nous avons demandé à trois auteurs dramatiques (Marion Aubert, Virginie Barreteau et Fabrice Melquiot) de les mettre en voix à travers trois courtes pièces, pour faire entendre les échos de ces vies chahutées.
Confiés à trois équipes artistiques (Cie Tire pas la Nappe, Cie Travaux publics et Le Glob Théâtre) ces textes nés d’une seule contrainte affirment trois sensibilités particulières. Dans nos cabanes de chantiers installées sur les quais, nous vous invitons à un spectacle nomade… de cabane en cabane… de micro-climat en micro-climat…