Journal d'une folle

(Voyage en pays herblinois)

LA PETITE REINE. Je voulais vous dire. Ce matin, je me suis levée et je voulais vous dire. En me levant ce matin. Je voulais vous dire monsieur. Vous avouer. Juste. Avec le carrelage froid. Là. Dans le soleil du matin. Avec ce petit rayon sur le carrelage. Je voulais vous dire. Vous révéler. Ici, j’ai fait du sexe avec quelqu’un d’autre. Près du pin parasol. A Saint-Herblain. Devant la médiathèque. Mon ami. Ça va beaucoup te surprendre et moi aussi. Là. J’ai eu du sexe avec quelqu’un d’autre. Avec l’élu à la culture. Tous les lecteurs de la médiathèque nous ont regardés par la baie vitrée. Et nous étions bêtes nous de faire du sexe avec l’élu en transparence. Et tout le monde faisait semblant de lire dans la médiathèque. De lire ou bien de plastifier. Oui. Tout le monde faisait mine de. « Arrêtez-vous » j’ai dit. « Arrêtez-vous. J’ai honte. Tout le monde nous regarde et même les petits écureuils. » Mais l’élu à la culture ne s’arrêtait plus il était tellement content. « Nous sommes tellement heureux de vous avoir à Saint-Herblain, vous savez, nous avons un beau patrimoine. » Il me montrait son patrimoine. « Tout le monde voit votre patrimoine par la baie vitrée monsieur l’élu » j’ai dit. « Arrêtez. » Mais l’élu était content. « C’est très bon pour l’image de la ville ne vous en faites pas mademoiselle, c’est très bon pour l’image de la ville ». Et tous les journalistes sont venus nous photographier sous le pin parasol avec l’élu. Et moi, je n’étais pas très contente. « Ce n’était pas dans le contrat » j’ai dit. « J’ai bien lu le contrat ». « Vous n’avez pas vu ma petite clause en appendice » me dit l’élu. « Non, je n’ai pas vu votre petite clause en appendice » je dis. « Arrêtez de me faire du sexe » je dis « J’ai mal au dos. » « Votre sexe est trop fin et trop long comme Jean-Michel, retirez-vous monsieur l’élu ou je vous balance des pommes de pin. » Alors moi, j’ai pris la tige du pin parasol et puis, j’ai trépané l’élu. J’ai enfoncé la tige du parasol dans le ventre de l’élu, comme ça, plus de culture à Saint-Herblain c’est fini bon débarras plus de culture. Je rentre toute triste dans mon appartement détérioré. C’est moi qui l’ai détérioré. Voilà. C’est tout ce que je voulais vous dire. Je voulais vous dire ça. J’ai détérioré l’appartement de l’agence. J’ai arraché les prises. J’ai décollé la poignée de la chambre. J’ai utilisé tous les sachets de thé et je ne les ai même pas remplacés. Et je ne remplace rien moi. Je vous préviens. Je ne remplace rien. Voilà. Au revoir. Au revoir. Au revoir.